Diaphane

Par cette proposition je veux interroger l’évolution constante d’une image, créer un monochrome corporel, une empreinte instantanée du corps avant sa disparition.

Cette recherche d’un corps plastique, désincarné, m’a conduit à interroger la notion du réel et du figuré. Bien que le corps soit réel, il n’est plus, quelque part, porteur de son identité. Il devient objet de figuration. Je veux aussi soustraire une dimension, mettre la danse en 2D, aplatir le corps, le soumettre au cadre, comme pour réaliser à l’ envers une partie du chemin de la peinture du XXe siècle qui destitue l’illusion de la perspective pour retourner le plan, avant d’investir le champ de la profondeur réelle.
Librement inspirée de l’œuvre d’Yves Klein, cette performance aborde une sorte d’anthropométrie du corps en mouvement.

Enfin cette pièce s’inscrit dans une volonté plus large de recherche d’alternative à l’espace théâtral. Non pas en sortant la danse de la scène pour la transporter ailleurs dans la rue ou dans des lieux d’exposition ; mais en lui offrant un autre lieu qui lui est dédiée entièrement et qui définisse ses propres codes esthétiques et kinésiologiques .

Chorégraphe et interprète : Charles Vannier
Musicien : Romuald Choplin

Publicités