Danseurs – chorégraphes

Charles Vannier – danseur, chorégraphe

Après une formation au conservatoire de Rennes et au CDC de Toulouse. Charles Vannier collabore avec le collectif Hanastu dont il signe cinq pièces. Il collabore également sur des projets ponctuels avec Sylvain Richard, Pascal Rambert, Catherine Leteinturier, Davis Freeman et Valérie Berthelot.
En 2009 il fonde avec Kaya Sasaki la cie D.T.B & Flying Cat, avec la quelle il propose des improvisations notamment avec Yoshino Hiroshi, Romuald Choplin, Oota keisuke , Hugues Vincent ou Hervé Le bitter. Son travail interroge la création de l’espace de danse, l’image du corps, la place du spectateur dans l’art.

Elodie Besse – danseuse chorégraphe

A l’issue de 6 ans de cursus de danse contemporaine au Conservatoire National de Rennes, elle se forme au flamenco et part à Paris en 2003 où elle approfondit sa technique. Elle travaille au sein de la compagnie LesGrandes Personnes (marionnettes géantes).
De retour à Rennes en 2010, elle devient membre du collectif HANATSU . Parallèlement, elle intègre le collectif l‘élabOratOire ; c’est là qu’elle rencontre Laina Fischbeck, dont elle va suivre et assister le travail, et le musicien Jérome Pourreau, avec qui elle crée Ellipse In Somnia.
Durant cette année riche en collaborations, elle performe avec des artistes de divers horizons (installation plastique et musicale, musique improvisée, théâtre, vidéo).
En 2011, elle co-anime des ateliers de danse pour autistes en centre spécialisé et enseigne auprès de divers publics. Elle intègre la compagnie de Laina Fischbeck: la D.E.A.D. Company. Par ailleurs, elle enrichit sa recherche en danse-théâtre auprès de Sébastien Garcia et se forme au Butô avec Gyohei Zaïtsu. Elle est également engagée par la Mo Compagnie pour des performances de rue. Elles sont d’ailleurs invités la même année au festival des Tombées de la Nuit.

Cécile Barbedette – danseuse, chorégraphe

Cécile rencontre la danse contemporaine au sein de l’université en 2003 où elle participera au groupe chorégraphique universitaire sous la direction de Françoise Maurice. C’est par ce contact qu’elle rencontre Yon Costes lors de la création du collectif Hanatsu qu’elle intègre lors de sa première création Du Trait à la sphère (2004). Elle poursuit son travail au sein du collectif en participant à Partage : Détruire, Créer (2006), Accords Portés (2006), Hikeru (2006), Kuro Shiro (2006), Pao Tao (2008), Vider la mer pour s’en souvenir (en création).
Après 5 années d’études de psychologie, puis 3 années de conservatoire de danse contemporaine à Rennes, Cécile interroge le corps et son image à travers des techniques d’improvisation, de contact et de portés, elle cherche à rendre visible le décalage entre conscience et réalité par la confrontation à l’autre (corps).
Depuis 2010, elle assiste et se forme auprès d’Anamaria Fernandes, danseuse chorégraphe dans la compagnie Dana, proposant des ateliers de danse en milieux spécialisés.

Léo Lequeuche – danseur, comédien

Le parcours de Léo est un mélange entre danse et théâtre.
Pour la danse, il a commencé par le hip hop qui l’a ensuite amené vers la danse contemporaine et le butô qui est aussi une influence importante dans son travail et qu’il a pratiqué avec Miguel Magy Ganiko, disciple de Kazuo Ohno.
Côté théâtre, après un passage par différentes formations dont le théâtre du Prato et le conservatoire de Lille, il se dirige vers des formes plus physique telles que le mime corporel d’Etienne Decroux (à l’atelier de Bellevilles à Paris) et la pédagogie Lecoq (à l’école Lassaâd à Bruxelles), et continue ses recherches sur formes traditionnelles de théâtre Japonais que sont le nô et le kabuki.
Pour le spectacle Onnagata, il a reçu les conseils avisés de la comédienne et metteur en scène Véronique Samack ayant étudié la danse traditionnelle au Japon, du marionnettiste Julien Aillet, et du danseur américain Jerry Gardner pour l’art du Onnagata.

Michel Raji – danseur chorésophe

Michel Abdeslam Raji est né au Maroc et vit en Franc depuis l’âge de douze ans. Ses déplacements géographiques dessinerons au fur et à mesure une carthographie intérieure dans laquelle chaque pas marque une avancée initiatique vers l’universalité. Danseur et chorégraphe au départ, formé aux technique classiques et contemporaines, Il fonde en 1985 sa propre voie, qu’il nomme Chorésophie.
La Chorésophie est née du cheminement initiatique de Michel Raji, dans une dimension artistique. Cette voie re-découverte par l’artiste relie la danse, ses techniques précises explorées puis transmises et la forme esthétique en émergeant, à une pensée universelle du mouvement.
Artiste et pédagogue, l’art de Michel Raji est aussi un enseignement. Sa transmission est à la fois ce qui se donne à voir dans ses spectacles, ce qui se découvre dans ses stages mais aussi ce qui se communique dans la dimension oral. Transmettre c’est aussi agrandir l’espace d’un apprentissage ouvert à l’initié tout comme au novice.

Isabelle Martinez

Lucie Germon – danseuse

Lucie Germon se forme à la danse contemporaine durant sa scolarité. Elle entame alors un parcours universitaire à Paris 8, en neuropsychologie et musicologie. Puis elle obtient un Master 2 de sociologie à Rennes 2, orienté sur l’art et le social.
Parallèlement, elle se forme aux arts du cirque à l’école des Noctambules de Nanterre. Puis elle s’inscrit au Conservatoire de Rennes en danse contemporaine et obtient son DEC en 2008. Depuis, elle a co-créé le collectif C’est par où la danse ?, qui explore l’inscription du corps in situ, ainsi que des projets pluridisciplinaires, travaillant avec la vidéo, la poésie, la musique.
Elle est sélectionnée pour le programme Danceweb du festival Impulstanz de Vienne en 2011.

Ken Kunthéa

En 1980, Kunthea Ken a 12 ans. Dix ans d’apprentissage à l’université des Beaux-Arts de Phnom Penh lui permettent de devenir actrice et danseuse populaire, mais également étoile au Ballet Royal du Cambodge, et professeur à l’université des Beaux-Arts. Plusieurs films lui seront consacrés.
Après plusieurs tournées mondiales, Kunthea vit maintenant à Bruxelles. Elle participe à des projets artistiques qui mettent en valeur sa créativité et son apport culturel unique. Ils bénéficient de sa capacité à se mouler dans des genres aussi variés que la danse contemporaine ou le hip-hop… Avec Jetty Roels à Gand, Kunthea a perfectionné sa connaissance du Bharatanatyam Indien jusqu’à le maîtriser avec beaucoup d’aisance. Elle chante régulièrement le répertoire khmer.
Montpellier-Danse, Festival du Ramayana, Tournées théâtrales au Cambodge, Apsara – Tribal Sarong (Yiphun Chiem), Khméropédies (NY, Emmanuèle Phuon), Boueng Soueng (NL La Haie), Moitié 2 fous (Paris, Santha Leng), Neakmienkun (BE, Johanne Charlebois), Fureur (fiction française de Karim Dridi), modèle pour Louis Vuitton (Paris, Cici Olsson).

Publicités